Jean-Yves Saez, passeur de rimes

You must need to login..!

Description

C’était dans votre JT du 26 mars 2021. A l’occasion du Printemps des Poètes qui s’est tenu du 13 au 29 mars. Vélizy TV parle poésie avec Jean-Yves Saez, poète et à la tête du collectif des Passeurs de Rimes

Cette année, célébrer le désir

La question du désir, des désirs, raisonne en nous d’une manière plus singulière depuis maintenant un an. Des désirs exacerbés mais mis de côté, reportés. Après l’Ardeur, la Beauté et le Courage, pour cette 23ème édition, le Printemps des Poètes met le désir à l’honneur. Les désirs sont multiples ; des envies, voeux, souhaits, élans physiques… Une question omniprésente dans nos vies et célébrée de nombreuses fois dans la poésie. A la question : comment ce désir est-il célébré ? Jean-Yves Saez cite Arthur Rimbaud et son Bateau Ivre. Qui exprime des désirs d’évasion, de liberté, presque de folie. Mais on peut également citer Louise Labbé, Fernando Pessoa et bien plus récemment, Bruno Doucey. Pour Jean-Yves Saez, ce thème fait partie de la poésie en elle-même, “elle est constamment traversée par le désir, par tous les désirs“.

La poésie en guise d’échappatoire

Si la notion de désir, en cette période, paraît loin, le célébrer est essentiel. Et qui plus est à travers la poésie. Car si nos désirs sont des moyens d’évasion, aujourd’hui restreints, c’est la poésie qui prend le relais pour nous emporter. Pour le passeur de rimes, se plonger dans la poésie permet d’entrer dans l’infiniment petit, qui répond à la traduction littérale d’éléments si petits qu’on ne peut les voir à l’oeil nu. Il cite le poète William Blake qui parle de cet infiniment petit comme du coeur d’un grain de sable, mais aussi comme de l’infini ou l’éternité. Une invitation a explorer cet infiniment petit, partie d’un tout et voie d’échappatoire. Explorer la poésie pour explorer le monde. Et pour cette 23ème édition du Printemps des Poètes, les désirs. Avant de conclure, Jean-Yves Saez nous invite à la lecture du Désir, aux couleur du poème, de Bruno Doucey, pour continuer l’exploration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *